Amine grasse de suif polyéthoxylée (“polyethoxylated (POE) tallowamine”): évaluation toxicologique de l’EFSA

L’EFSA a été invitée par la Commission européenne à préparer une déclaration sur le co-formulant amine grasse de suif polyéthoxylée (“polyethoxylated (POE) tallowamine”, N° CAS 61791-26-2) basée sur l’évaluation toxicologique présentée par l’Allemagne en tant qu’État Membre Rapporteur (EMR = “RMS”) dans le cadre de l’examen de la substance active glyphosate.

Les amines grasses de suif polyéthoxylées appartiennent à un groupe de substances utilisées comme agents tensio-actifs, qui sont présents dans de nombreuses formulations à base de glyphosate. L’EMR a estimé que l’évaluation toxicologique de ce tensioactif pourrait être nécessaire au niveau national ou zonal pour les autorisations de mise sur le marché de produits phytopharmaceutiques, et donc une évaluation toxicologique, y compris des valeurs de référence basées sur la santé, a été fournie dans le RAR.

L’EFSA n’a pas eu la possibilité d’examiner les données originales pour la plupart des points finaux résumés dans le chapitre B.6.13 du RAR, et certains points finaux ne sont pas pleinement renseignés, par conséquent, l’EFSA ne peut pas soutenir l’évaluation actuelle de l’Allemagne et considère que des valeurs de référence fiables pour la dose journalière acceptable (DJA = “ADI”),  le niveau acceptable d’exposition des opérateurs (NAEO = “AOEL”) et la dose de référence aiguë (DARf = “ARfD”) ne peuvent pas être fixées. D’autres données doivent être soumises. Par conséquent, l’évaluation de l’exposition pour les opérateurs, les travailleurs, les passants, les résidents et les consommateurs ne peut être réalisée. En comparaison au glyphosate, une toxicité plus élevée de l’amine grasse de suif polyéthoxylée a été observée pour tous les points finaux étudiés.

L’hypothèse d’une possible toxicité synergique entre le glyphosate et le co-formulant amine grasse de suif polyéthoxylée n’a pas pu être vérifiée. Une additivité de la dose peut être attendue, au moins en ce qui concerne le potentiel d’irritation du mélange pour les yeux et peut-être pour les tissus muqueux puisque les deux composés partagent ces propriétés d’irritation. Compte tenu de la faible toxicité orale du glyphosate après une administration unique ou des administrations répétées, une explication probable pour les cas d’empoisonnement observés chez les humains est qu’il est lié au co-formulant amine grasse de suif polyéthoxylée.

La génotoxicité, la toxicité à long terme et la cancérogénicité, la toxicité pour la reproduction et le développement et les propriétés de perturbateur endocrinien des amines grasses de suif polyéthoxylées devraient être clarifiées. Il n’y a pas d’informations concernant les résidus dans les plantes et les animaux et très peu concernant l’écotoxicité. Par conséquent, les données disponibles sont insuffisantes pour effectuer une évaluation des risques dans le domaine de la santé humaine et animale et le domaine de l’environnement pour le co-formulant amine grasse de suif polyéthoxylée.

Des données manquantes (“data gaps”) ont été identifiées et listées (cf. EFSA Journal 2015;13(11):4303, pages 10-11).

 

Demande pour l’évaluation de l’évaluation toxicologique du co-formulant amine grasse de suif polyéthoxylée (EN)

 

2 réponses

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] Amine grasse de suif polyéthoxylée (“polyethoxylated (POE) tallowamine”): évaluation toxicolo… […]

  2. […] Amine grasse de suif polyéthoxylée (“polyethoxylated (POE) tallowamine”): évaluation toxicolo… […]

Les commentaires sont fermés.