FRANCE : Note nationale 2020 pour la gestion durable de la résistance aux fongicides contre la sclérotiniose du colza

La note nationale sur la gestion durable de la résistance aux fongicides contre la sclérotiniose du colza est parue :

Cette note, co-rédigée par des experts de l’Anses, l’INRAE et Terres Inovia, dresse l’état des lieux de la résistance du sclérotinia vis-à-vis des principales familles chimiques de fongicides actuellement autorisées (SDHI, IDM et Qol) et formule des recommandations de gestion durable pour limiter les risques d’évolution de résistance et maintenir une efficacité des solutions disponibles.

 

Nos articles précédents :

FRANCE : Notes nationales 2020 pour la gestion durable de la résistance aux fongicides

FRANCE : Notes nationales 2019 pour la gestion durable de la résistance aux fongicides

 

L’équipe de Lynxee consulting est à votre disposition pour répondre à vos questions.

Contactez-nous ! http://lynxee.consulting/contact/

 

LYNXEE : Arrivée de Clément Coin, expert en efficacité

L’équipe de Lynxee consulting est ravie de vous annoncer l’entrée en fonction de Clément Coin.

Titulaire d’un Master en productions végétales spécialisé en phytoprotection, Clément a travaillé pendant plusieurs années en tant que technicien d’expérimentation, puis responsable d’expérimentation pour différents prestataires. Il a ensuite participé à la rédaction de BAD dans une firme.

Sa forte expérience, à la fois sur le terrain et dans la rédaction de rapports BPE et de BAD, lui permet d’avoir une bonne vision de toute la chaîne de création et d’exploitation des données, du champ au BAD.

Clément a rejoint Lynxee consulting en 2020, où il s’occupe notamment de la rédaction de BAD, d’évaluations comparatives et d’étiquettes.

 

L’équipe de Lynxee consulting compte désormais trois Experts Efficacité. N’hésitez pas à nous contacter pour toute demande de devis !  http://lynxee.consulting/contact/

 

FRANCE : Notes nationales 2020 pour la gestion durable de la résistance aux fongicides

Deux notes nationales sur la gestion durable de la résistance aux fongicides sont parues:

 

Cette note, co-rédigée par des représentants de l’INRAE (anciennement INRA), de l’ANSES et d’ARVALIS, dresse l’état des lieux, par maladie et par mode d’action, des résistances aux fongicides utilisés pour lutter contre les maladies des céréales à paille et formule des recommandations pour limiter les risques d’évolution de résistance et maintenir une efficacité satisfaisante. Des plans nationaux de surveillance (DGAL, ARVALIS), des projets de recherches (INRAE), des groupes de travail (Végéphyl) et des données terrains ont été utilisés, entre autres, pour rédiger cette note.

 

Cette note est co-rédigée par des experts de l’IFV (Institut français de la vigne et du vin), de l’ANSES, de l’INRAE, du CIVC (Comité interprofessionnel du vin de Champagne), des chambres d’agriculture et de la DGAL-DEVP. Elle a pour objectif de présenter les éléments de stratégie préventive en matière de sélections des résistances, de décrire la situation générale en 2019 de la résistance du mildiou, de l’oïdium, de la pourriture grise et du black-rot de la vigne vis-à-vis des principales familles de substances actives autorisées, et d’établir des recommandations au regard de ces résistances dans un objectif de réduction et d’optimisation des traitements fongicides. Des plans nationaux de surveillance (DGAL, CIVC) et des données terrains ont été utilisés, entre autres, pour rédiger cette note.

 

Nos articles précédents :

FRANCE : Notes nationales 2019 pour la gestion durable de la résistance au fongicides

 

L’équipe de Lynxee consulting est à votre disposition pour répondre à vos questions.

Contactez-nous ! http://lynxee.consulting/contact/

LYNXEE : Arrivée de Chloé Trinchese, expert en Physico-chimie et Méthodes d’analyse

L’équipe de Lynxee consulting est ravie de vous annoncer l’entrée en fonction de Chloé Trinchese.

Forte d’un diplôme d’ingénieur chimiste, Chloé a débuté sa carrière dans des laboratoires de formulation puis a intégré l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) en tant qu’évaluatrice scientifique dans l’unité Physico-Chimie et Méthodes d’Analyse. Elle a notamment travaillé sur des dossiers substances actives et préparations.

Forte de ses 5 ans d’expérience en évaluation, Chloé a rejoint la société Lynxee consulting où elle s’occupe en autres de la rédaction de dossiers d’homologation.

L’équipe de Lynxee consulting souhaite la bienvenue à Chloé et vous encourage à lui confier la rédaction de vos dRR (sections physico-chimie et méthodes d’analyse). Vous ne pourrez qu’apprécier la qualité et la rigueur de son travail.

EUROPE – COM / Consultation publique : Projet de liste de co-formulants interdits dans les PPP

La Commission Européenne a lancé le 16 janvier 2020 une consultation publique sur projet de règlement établissant la liste des co-formulants qui ne peuvent pas être utilisés dans les produits phytopharmaceutiques ou les adjuvants (Annexe III du Règlement (CE) N° 1107/2009). La phase de consultation prendra fin le 13 février 2020.

Les versions mises à jour du projet de Règlement et de son annexe (listant des coformulants interdits) sont disponibles sur le site internet de la consultation publique ou via les liens de téléchargement ci-dessous.

La nouvelle version du règlement précise désormais que le délai de grâce qui peut être accordé par les États Membres pour les PPP ou adjuvants contenant un co-formulant figurant à l’Annexe III du Règlement (CE) N° 1107/2009 sera d’au maximum 3 mois pour la vente et la distribution et de 9 mois supplémentaires pour le stockage, l’utilisation et l’élimination à compter de la date de modification ou de retrait des autorisations.

Dans la nouvelle version de l’annexe, les modifications suivantes ont été constatées pour les entrées Silicate d’aluminium (kaolin), Sable de quartz et Dioxyde de silicium (en jaune) en comparaison de la version de juillet 2019 :

A télécharger :

Projet de Règlement modifiant l’Annexe III du Règlement (CE) 1107/2009 et son Annexe (en anglais)

 

Nos articles précédents :

EUROPE-COM : projet de liste de co-formulants interdits dans les PPP

 

L’équipe de Lynxee consulting est à votre disposition pour répondre à vos questions.

Contactez-nous ! http://lynxee.consulting/contact/

 

EUROPE – EFSA : Nouvelle version de PERSAM pour les calculs de CPEsol

L’EFSA a récemment publié une nouvelle version de l’outil PERSAM (v3.0.0) pour le calcul des concentrations prévisibles dans le sol (CPEsol ou PECsoil en anglais) en accord avec le nouveau document guide l’EFSA pour l’estimation des concentrations prévisibles dans l’environnement des substances actives de produits phytopharmaceutiques et des produits de transformation de ces substances dans le sol (EFSA Journal 2017;15(10):4982).

Cette nouvelle version de PERSAM comprend, parmi diverses améliorations, les mises à jour de la dernière version du document guide de l’EFSA (version 2017 qui a remplacé le document d’orientation initial publié en 2015 – EFSA Journal 2015;13(4):4093).

PERSAM v3.0.0 permet désormais de couvrir les cultures cultivées sur buttes et les cultures pérennes en plus des cultures annuelles. Il permet également d’effectuer des estimations initiales de CPEsol pour les substances actives d’origine microbienne.

L’outil PERSAM permettra de calculer directement les CPEsol de Tier 1 (scénarios prédéfinis basés sur la superficie totale des cultures annuelles et permanentes) et de Tier 2 (spécifiques à la culture). Pour le Tier 3A (approche plus réaliste), l’outil sera utilisé pour la génération d’un fichier de transfert (contenant les paramètres initiaux) qui sera ensuite utilisé pour alimenter des versions mises à jour de PELMO et PEARL. Ainsi, pour le Tier 3A, les CPEsol seront générées par les modèles PELMO et PEARL. PERSAM v3.0.0 permet d’effectuer des calculs de Tier 2 et 3A soit au niveau zonal, soit au niveau national.

Pour rappel, un Tier 3B basé sur des modèles numériques avec distribution spatiale a également été mentionné dans le document guide de l’EFSA (2017). PERSAM ne serait pas utilisé dans ce cas. Cependant, aucun outil/document guide validé n’est actuellement disponible pour proposer de tels modèles affinés.

Le détail complet des nouvelles fonctionnalités de PERSAM v3.0.0 est mentionné dans la section 1.2 (p. 7) du manuel mis à jour de PERSAM. Ce manuel est fourni avec l’outil mais peut également être téléchargé à partir du lien ci-après. PERSAM 3.0.0 peut être téléchargé via le site internet de l’ESDAC (un formulaire de demande doit être rempli au préalable pour recevoir un lien de téléchargement).

 

A télécharger (en anglais) :

Update of PERSAM software models for predicting environmental concentrations in soil in permanent crops and annual crops: User manual PERSAM 3.0.0. EFSA Supporting publication 2019:EN-1756.
(Le manuel inclus la description des interfaces de saisie ainsi que les calculs de Tier 1 et 2 avec PERSAM v3.0.0.)

Software tool for calculating the predicted environmental concentrations (PEC) of plant protection products (PPP) in soil: Documented review. EFSA Supporting publication 2019:EN-1763.
(Le rapport décrit l’étape de validation des résultats générés par PERSAM en comparaison de résultats obtenus de manière indépendante.)

Update of PERSAM software models for predicting environmental concentrations in soil in permanent crops and annual crops: Software architecture. EFSA Supporting publication 2019:EN-1762.
(Le rapport décrit l’architecture du logiciel « PERsistence in Soil Analytical Model » (PERSAM) version 3.0.0.)

Software tool for calculating the predicted environmental concentrations (PEC) of plant protection products (PPP) in soil for permanent and annual crops: External scientific report (Final report). EFSA Supporting publication 2019:EN-1761.
(Le rapport décrit les étapes de la construction de l’outil PERSAM version 3.0.0.)

 

Nos articles précédents :

EFSA : Document Guide pour l’estimation des concentrations prévisibles dans l’environnement des substances actives de produits de protection des plantes et des produits de transformation de ces substances dans le sol.

 

L’équipe de Lynxee consulting est à votre disposition pour répondre à vos questions.

Contactez-nous ! http://lynxee.consulting/contact/

 

Lynxee consulting recrute un Expert en Efficacité et un Expert Résidus en ‘Home Office’ !

Forte de 5 personnes, et bientôt 6 avec l’arrivée prochaine d’une Chimiste, notre équipe dynamique s’agrandit encore ! Nous ouvrons un 3e poste d’Expert en Efficacité (rédaction de BAD) et sommes toujours à la recherche d’un Expert réglementaire en Résidus pour coordonner des projets, préparer des dossiers, monitorer des études, etc.

Vous êtes intéressé(e) par ce poste ? Consultez les annonces et postulez sur notre site !

 

FRANCE – Anses : Évolution de l’évaluation des risques pour les abeilles et autres pollinisateurs

Courant 2018, les Ministères de l’Agriculture et de la Transition Écologique ont demandé à l’Anses d’émettre des recommandations visant à renforcer le cadre réglementaire relatif à la protection des abeilles et autres pollinisateurs. Suite à cette demande, et aux premières recommandations émises dans le cadre de la Saisine n°2018-SA-0147, l’Anses a débuté en mai 2019 des travaux pour faire évoluer l’approche d’évaluation des risques vis-à-vis des abeilles domestiques et autres pollinisateurs dans le cadre des demandes de mise sur le marché des produits phytosanitaires (PPP). L’Anses a publié le 28 octobre 2019 les conclusions de ces travaux ainsi que ses recommandations (Saisine n°2019-SA-0097).

L’Anses recommande de remplacer l’approche actuelle d’évaluation des risques pour les abeilles et autres pollinisateurs basée sur les documents guides en vigueur (SANCO/10329, 2002 et EPPO, 2010), par une approche s’appuyant sur le document guide de l’EFSA dans sa version actuelle (version du 4 juillet 2014, EFSA Journal 2013;11(7):3295), le temps qu’une nouvelle approche harmonisée soit validée au niveau européen. Il est rappelé à ce titre que le document guide de l’EFSA (2013) n’a pas été pris en note par les États Membres, et est actuellement en cours de révision par l’EFSA suite à un mandat de la Commission Européenne (voir nos articles précédents sur le sujet).

Les recommandations de l’Anses concernant la nouvelle approche d’évaluation des risques pour les abeilles et autres pollinisateurs sont détaillées ci-dessous.

Évaluation des effets

Des études conduites avec les PPP sont recommandées quel que soit le type de PPP et quel que soit le nombre de substances actives qu’il contient. Des études sur abeilles domestiques et sur bourdons sont actuellement recommandées.

Études de toxicité au laboratoire recommandées

* au 14 juin 2019

** Étude requise pour tout PPP dès lors qu’une exposition chronique au PPP ne peut être exclue pour l’ensemble des scénarios d’exposition de l’EFSA.

Il est noté qu’en l’absence d’étude de toxicité aiguë (contact et oral) pour le bourdon, l’évaluation pourra être réalisée sur la base des valeurs de référence mesurées chez l’abeille domestique, divisées par 10 (en accord avec le document guide EFSA, 2013).

Études de toxicité en semi-champ (tunnel) et champ recommandées

Abeilles domestiques

Dans le cas où les études au laboratoire ne permettent pas de conclure à un risque acceptable, les études de tier supérieur recommandées sont celles mentionnées dans les documents de la Commission européenne en lien avec les Règlements (UE) N° 283/2013 et 284/2013 :

  • Méthode d’Oomen (Oomen et al., 1992), pour évaluer les effets sublétaux des substances actives et PPP;
  • Méthode OCDE n°75 (ENV/JM/MONO(2007)22), pour évaluer les effets sublétaux des PPP.

L’Anses fait également référence aux recommandations pour les études tunnel et en champ du document EPPO Standard PP1/170 (4) (EPPO, 2010).

L’acceptabilité des études en tunnel et en champ se fait au regard des objectifs de protection des abeilles visant à ce que « l’utilisation du produit phytopharmaceutique dans les conditions d’utilisation proposées n’entraîne pas d’effets inacceptables sur les larves d’abeilles, le comportement des abeilles ou la survie et le développement de la colonie. » (Règlement (UE) n° 546/2011).

Autres insectes pollinisateurs

En l’absence de protocole d’essai standardisé validé, l’Anses ne recommande aucun essai en particulier. L’Anses indique cependant que l’essai doit permettre « l’évaluation de l’impact attendu d’un effet sur la survie de la colonie et la capacité de la colonie à produire des individus fertiles qui perpétueront le cycle l’année suivante. ».

Voies d’exposition et évaluations de risque considérées

Sauf exception, l’Anses recommande de suivre l’évaluation de l’exposition selon le document guide de l’EFSA (2013) pour les PPP pulvérisés, ou utilisés sous forme de granulés ou en traitement de semences.

Évaluations initiales

Pour les abeilles domestiques, il est noté que le scénario d’exposition par voie orale via l’eau de guttation n’est pour l’instant pas recommandé par l’Anses en raison d’incertitudes jugées trop importantes sur la méthode d’évaluation de l’EFSA. De plus, cette voie d’exposition n’est pas considérée comme majeure. L’exposition via l’eau de guttation pourra être considérée dès lors que la méthodologie aura été actualisée.

Une évaluation du risque liée à des effets sur les glandes hypopharyngiennes ou à des effets cumulatifs n’est également pas recommandée pour l’instant en raison de l’absence de protocoles expérimentaux validés disponibles.

Pour les bourdons, seul le risque aigu pour les adultes est envisagé. Aucune autre évaluation n’est recommandée pour l’instant en raison de l’absence de protocoles expérimentaux validés disponibles.

Concernant les abeilles solitaires, aucune évaluation n’est recommandée pour l’instant en raison de l’absence de protocoles expérimentaux validés disponibles.

Les calculs de quotient de risque (« HQ », « ETR ») devront être comparés aux valeurs seuils pour l’acceptabilité des risques telles que définies dans la révision SANTE/10094/2015 (en cours d’adoption) du règlement (UE) n° 546/2011. Cette révision modifiera les valeurs seuils pour l’acceptabilité des risques aigus pour les abeilles domestiques en se basant sur les valeurs seuils définies dans le document guide actuel de l’EFSA (2013). Il est noté que le document SANTE/10094/2015 ne mentionne pas de valeurs seuils pour l’acceptabilité du risque chronique et du risque pour les larves, pour l’abeille domestique, et des risques aigus pour le bourdon. Néanmoins, en l’absence de valeurs seuils établies, l’Anses recommande de suivre celles fixées dans EFSA (2013).

Évaluations affinées

Dans le cas où les études au laboratoire ne permettent pas de conclure à un risque acceptable, plusieurs options pourront être proposées :

  • Mesures de gestion pertinentes vis-à-vis des scénarios problématiques (i.e. différents libellés de la phrase SPe 8 ainsi que les mesures de gestion reportées dans le document guide de l’EFSA, 2013).
  • Études spécifiques permettant de démontrer la non pertinence de certains scénarios d’exposition ou d’affiner les niveaux d’exposition (mesures de résidus dans le pollen/nectar, étude de la dissipation des résidus, mesure de la teneur en sucre dans le nectar pour une culture donnée, etc.).
  • Études de tier supérieur (e.g. essai sous tunnel ou en champ, essai de vol de retour à la ruche).
Évaluations de PPP à base de microorganismes

Dans le cas de PPP à base de microorganismes, la même méthodologie que pour les PPP à base de substance(s) active(s) chimique(s) est recommandée. Cependant, une adaptation des protocoles disponibles est jugée nécessaire afin de démontrer l’absence de pathogénicité/infectiosité du microorganisme dans les conditions d’utilisation.

Évolution des recommandations

L’Anses indique que l’ensemble de ces recommandations est proposé sur la base de la version actuelle du document guide de l’EFSA (2013) et des essais actuellement validés et disponibles. L’Anses appelle de ce fait :

  • À une révision de ces recommandations après actualisation du document guide de l’EFSA (actuellement prévue pour mars 2021).
  • À une révision de ces recommandations dès lors qu’un nouveau protocole expérimental est validé (e.g. essais de toxicité aiguë sur adultes – abeilles solitaires, essais de toxicité chronique sur adultes et de toxicité pour les larves – bourdons et abeilles solitaires).
  • Au développement d’essais standardisés permettant de mieux caractériser les effets de PPP à base de microorganismes.
  • À la fixation de valeurs seuils réglementaires notamment pour l’évaluation des risques relatifs aux effets chroniques et au développement larvaire.

 

A télécharger :

AVIS de l’Anses relatif à l’Évolution de la méthodologie d’évaluation du risque vis-à-vis des abeilles domestiques et des insectes pollinisateurs sauvages dans le cadre des dossiers de demande d’AMM des produits phytopharmaceutiques (Saisine n° 2019-SA-0097)

 

Nos articles précédents :

EUROPE EFSA : Publication de l’agenda pour la révision du document-guide ‘Abeilles’ 2013

FRANCE – Anses : recommandations pour renforcer la protection des abeilles

 

L’équipe de Lynxee consulting est à votre disposition pour répondre à vos questions.

Contactez-nous ! http://lynxee.consulting/contact/

 

FRANCE : Consultation publique pour l’interdiction de deux substances proches des néonicotinoïdes

La loi EGAlim du 30 octobre 2018 (loi pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine, durable et accessible à tous), a modifié l’Article L253-8 du Code rural et de la pêche maritime afin d’élargir l’interdiction des néonicotinoïdes à toutes substances actives ayant un mode d’action identique.

Les modalités d’application restant à être définies, le gouvernement a mis en consultation publique le 11 septembre 2019 le projet de décret listant les substances actives présentes dans les produits phytopharmaceutiques et présentant des modes d’actions identiques à ceux de la famille des néonicotinoïdes. Ce projet de décret prévoit l’inclusion de deux substances actives, la flupyradifurone et le sulfoxaflor. L’interdiction des produits à base de néonicotinoïdes serait donc élargie d’ici la fin de l’année aux produits contenant ces substances.

La phase de consultation sera clôturée au 4 octobre 2019.

 

A télécharger :

Communiqué de presse du gouvernement concernant le projet de décret interdisant l’utilisation de deux substances aux modes d’actions identiques aux néonicotinoïdes.

Le projet de décret listant les substances actives présentes dans les produits phytopharmaceutiques et présentant des modes d’actions identiques à ceux de la famille des néonicotinoïdes.

 

Nos articles précédents :

FRANCE : Publication de la loi Agriculture et Alimentation

FRANCE : Retrait et restrictions d’utilisation de PPPs à base de néonicotinoïdes

 

L’équipe de Lynxee consulting est à votre disposition pour répondre à vos questions.

Contactez-nous ! http://lynxee.consulting/contact/