EUROPE-EFSA : Les chauves-souris sont-elles couvertes par l’évaluation de risque actuelle ?

L’EFSA a publié un énoncé scientifique afin de répondre à la question : est-ce que les évaluations de risque conduites aujourd’hui pour les oiseaux et les mammifères terrestres exposés aux pesticides permet de couvrir l’exposition des chauves-souris à ces mêmes pesticides ?

Les chauves-souris ne sont pas spécifiquement mentionnées dans les évaluations de risque conduites actuellement pour les produits phytopharmaceutiques. Cependant,  il s’agit d’un groupe de mammifères important, participant à la régulation des populations d’arthropodes. Les chauves-souris se nourrissent fréquemment dans les zones agricoles et par conséquent elles sont potentiellement exposées aux pesticides.

Le groupe scientifique sur les produits phytopharmaceutiques et leurs résidus (PPR Panel) a abordé trois questions principales :

– si les chauves-souris sont toxicologiquement plus ou moins sensibles que les oiseaux et les mammifères les plus sensibles ;

– si l’exposition orale des chauves-souris aux pesticides est supérieure ou inférieure à celle des oiseaux et des mammifères ;

– s’il existe des voies d’exposition importantes pour les chauves-souris, autres que celles évaluées pour les oiseaux et les mammifères.

Sur la base des données recueillies, le groupe scientifique conclut que les chauves-souris ne sont pas convenablement couvertes par l’approche actuelle et qu’il est nécessaire de développer une approche spécifique. Cette approche devra inclure :

(a) l’exposition orale via les résidus sur les insectes et lors du toilettage,

(b) l’exposition cutanée, et

(c) l’exposition des jeunes via le lait.

Il est important de souligner que le schéma d’évaluation de risque devra tenir compte de la charge corporelle totale de toutes les voies d’exposition. Les chauves-souris se nourrissent dans les champs et sont donc exposées à des résidus présents sur les insectes mais sont aussi exposées par voie cutanée et par inhalation.

En général, peu de données étaient disponibles pour évaluer les risques d’exposition des chauves-souris aux pesticides. L’EFSA recommande de réaliser des recherches incluant l’identification d’alternatives aux tests de laboratoire pour évaluer les effets toxicologiques sur les chauves-souris.

 

A télécharger :

Scientific statement on the coverage of bats by the current pesticide risk assessment for birds and mammals (EFSA Journal 2019;17(7):5758)

 

L’équipe de Lynxee consulting est à votre disposition pour répondre à vos questions.

Contactez-nous ! http://lynxee.consulting/contact/